Re-note un petit peu très longue!

Le cours avec Hélène Magnusson

Tout mon entourage proche ainsi que les fidèles lectrices de ce blog le savent: je suis gauchère. Une vraie de vraie, une gauchère gauche de sa main droite, une gauchère de compèt, une gauchère plus contrariante que contrariée!

Et pour une gauchère, prendre un cours de tricot, ça revient un peu à dire "Tiens, je vais monter en haut de cet immeuble de 120 étages, puis vous allez me pousser, d'accord?" ou ça revient à prendre un cours de tricot islandais et à être la seule à ne pas être gênée si le cours est en islandais et sans traducteur... Sauf que, sauf que la talentueuse Hélène Magnusson parle français!...

Pourtant, j'étais presque rassurée: j'avais compris les mécanismes du jacquard vite fait, bien fait la semaine dernière, j'allais m'asseoir à côté de Kristell elle aussi gauchère et tricoteuse émérite et roule ma poule, autrement dit rúlla kjúklingur minn, le cache-mug allait être un exercice pas trop compliqué... Tu parles Charles! Þú talar Charles!

  • Kristell est gauchère, certes, mais tricote comme une droitière???!!!!! On ne peut décidemment compter sur personne! Við getum ekki treyst á neinn
  • J'avais appris le jacquard à 2 mains en croisant les fils dans tous les sens. Là, Hélène voulait que nous fassions du jacquard à fils flottants... Le fil sait peut être flotter, moi beaucoup moins! Car je ne vous dis pas le temps que j'ai mis pour arriver à l'étape du jacquard... Allez si, je vous dis...

Mais d'abord, il faut parler d'Hélène Magnusson. Hélène est une personne très gracieuse, un profil de danseuse, une prestance élégante, un sourire d'ange, une gentillesse et patience exemplaire... une personne qui vous laisse penser que le tricot, c'est facile, qu'il n'y a qu'à laisser cliqueter ses aiguilles pour faire des merveilles... Hum, hum... pas que des merveilles, j'en suis le témoin vivant!

Ah puis, il faut savoir que "tout" ce que je sais faire en tricot, je l'ai appris toute seule parce que jamais personne n'a réussi à m'expliquer comment une gauchère devait faire.

Voilà, je crois que le contexte est bien posé: Dieu (Hélène Magnusson) est grand et je suis toute petite.

Nous commençons donc par le montage des mailles sur des aiguilles circulaires, a priori facile... Sauf que... je ne comprends pas pourquoi les autres laissent environ 1m de laine avant leur 1ère maille, je ne comprends pas pourquoi je suis dans les 1ères à avoir fini de monter les mailles, je pose bêtement la question "Pourquoi fallait-il laisser beaucoup de fil au bout?" "Tu n'en as pas besoin!" et elle me l'arrache... "Aaaah, je me disais bien!" (mais en fait, les autres, elles utilisent ce bout de fil pour tricoter leurs mailles de montage!! C'est sûr qu'on n'a pas besoin d'un long fil si on ne l'utilise pas!!!)

cours1

 

je ne comprends pas pourquoi Hélène nous dit " et maintenant nous allons apprendre le cercle magique": on a déjà des aiguilles circulaires, à quoi ça sert de faire un cercle magique? Enfin bon, c'est elle la pro, je ne vais pas être contrariante, ni me contrarier, j'essaie... "Hélène, je n'y arrive pas!" Elle regarde... "Qu'est-ce que tu as fait?" "Ben... j'ai monté mes mailles, je suis gauchère, bafouillis, bafouillas"... "Bon, on va tout défaire et je vais te montrer!" "Merci!" 'Tu sais comment on appelle des mailles aussi mal montées?" "Non!" (Hélène, y'a un p'tit coeur sensible qui bat en face de toi quand même!) "En Islande, on appelle ça la méthode du chien"... "Ah"... Et là, le truc qui n'arrive jamais: la laine d'une des mailles s'est coincée dans la partie métallique des aiguilles circulaires et Hélène n'arrive pas à la retirer. Une espèce de rire nerveux me prend, j'ai l'impression d'être dans la peau de Pierre Richard. Elle attrape ses ciseaux plutôt que de s'énerver et découpe tout...

cours12

Pendant ce temps, les autres élèves avancent bien sûr.

"Je vais t'expliquer comment monter tes mailles" "Merci!". Elle me montre " Tu comprends?" "Ben non, pas trop" "Je tricote ma maille en même temps que je la monte" "D'accord!" "Il me faudrait un miroir pour t'expliquer!", je vois qu'elle commence à être embêtée de ne pouvoir m'aider. "Bon, je vais te monter tes mailles" "Merci!"

Elle me monte mes mailles, me fait mon cercle magique puis me dit de faire mon 1er rang, part aider les autres et me dit "et tu m'attends pour faire la suite!". Ooh, y'a pas de souci, je ne vais prendre aucun risque.

J'ai à peine fini le 1er rang que les autres en sont au jacquard, Hélène explique la technique. Forcément je pose mon ouvrage, j'écoute les explications, je reprends mon ouvrage... à l'envers sans m'en apercevoir!!!!! Vous le croyez vous??!

Je finis donc mon rang, regarde mon minuscule ouvrage... "Hélène, je crois que j'ai un souci!".

Elle me regarde mi-amusée, mi-agacée, mi-dépitée et intérieurement doit se dire " Quel boulet, mais quel boulet!!!!" "Qu'est-ce que tu as fait?" "Ce que vous m'avez dit de faire" "Oh, je comprends pas ce que tu fais, je comprends pas." "Moi non plus!" "Bon, défais ces quelques points..." "Ah non! Si je défais, je vais perdre des mailles... je sais pas défaire des rangs..." Elle me montre et là, je lui dis "Bon, je crois que c'est fouttu pour moi pour un tricot-treck!!" Et là, Kristell de surenchérir imaginant une conversation téléphonique "Bénédicte? Un tricot-treck?... Ah non, tout est complet... oui, oui, même en 2014". J'avance pas, mais au moins je rigole et Hélène semble s'amuser aussi malgré sa gène visible à ne pouvoir m'aider correctement. Elle décide de commencer mon 1er rang de jacquard me répétant qu'il lui faudrait un miroir et qu'elle ne comprend pas ce que je fais. Je lui dis de ne pas s'en faire et je me lance dans mon jacquard, contente de ne pas du tout emmêler mes fils et arrivant à me servir de mes 2 index... Oui, on a les joies qu'on peut certains jours!

Je finis mon rang... "Hélène, je crois que j'ai un problème!"... En fait, je me dis qu'elle doit penser qu'une équipe de vidéo-gag va débouler et qu'on essaie de voir si elle peut faire une crise de nerfs... Mais le pire, c'est que je ne fais même pas exprès! Et là, je lui montre ce que j'ai fait: un jacquard mi-endroit, mi-envers, c'est à dire que les fils que l'on fait coulisser sur l'arrière de l'ouvrage se retrouvent devant!

cours3

La tête qu'elle fait "J'ai jamais vu ça!"... Hé, hé... interdite de tricot-treck pendant 2 ans, mais championne du monde à ma façon!! "Comment tu as fait ça?" "Je sais pas!" Je réfléchis un peu et je pense avoir compris: quand elle me commence mes rangs, elle part dans un sens et quand moi je récupère mon ouvrage, je repars dans l'autre sens, forcément, ça marche pas bien... "Bon écoute, il me faut vraiment un miroir!". Je vais demander à Marie-les-Bas-Bleus qui donne un cours juste à côté, elle n'en a pas, je pique un sprint vers leur stand... Christophe comprend que l'heure est grave et n'ose même pas une petite blague, je reviens dare-dare avec mon miroir... La tête d'Hélène, la tête d'Hélène!! Elle m'explique à travers le miroir, je comprends à peu près... c'est ce que j'ai l'impression de faire en fait!

cours4

Et là, elle me dit, un peu comme un cri du coeur "J'en ai rencontré des gauchers, mais des comme toi... jamais!"... Merci, ça me touche :/ Oh et pendant qu'elle m'explique, un journaliste débarque pour prendre des photos et qui c'est qui sera sur la photo... Bibi la gauchère, c'est vrai qu'il fallait immortaliser ce cours mémorable!

J'arrive à faire ensuite 3 rangs toute seule, youhou... Hélène explique comment récupérer nos échelles, c'est à dire l'écart entre la 1ère maille et la dernière maille du rang précédent. Comme je ne visualise pas bien, Kristell me montre et me dit que comme elle tricote serré, elle n'a pas ce problème... J'arrive à la fin de mon rang, je regarde mon ouvrage... "Hélène, ce n'est pas une échelle que j'ai, c'est un échaffaudage!" Et là, enfin elle rit.

Elle me montre comment corriger mes échaffaudages... et je comprend du 1er coup... Je viens donc de finir mon 5ème rang en 2h30 quand Patchelle annonce qu'elle a fini. Pfffff!! Je dis tout haut "c'est marrant, j'ai l'impression que tu as fait un cache-bol et moi le début d'un cache-tasse à expresso!" Hélène s'empresse toute amusée de prendre nos 2 travaux pour nous expliquer l'importance de faire son échantillon avant de débuter un ouvrage... Sur ce coup-là, c'est assez bluffant: mêmes aiguilles, même laine pour un résultat qui n'a rien à voir!!

Ensuite, Hélène nous apprend les 2 façons de faire un steek: machine et crochet.

cours2

J'ai tricoté si peu de rangs que je décide de ne pas couper...

Aprescours

Pour nous expliquer la technique au crochet, Hélène a besoin d'une 3ème main pour que l'auditoire puisse visualiser la technique, comme je suis juste à sa gauche, ma main fera la maille de gauche...

Et lorsqu'elle nous expliquera la technique pour ressouder 2 morceaux de laine ensemble (j'ai oublié le nom technique): ne jamais faire de noeud, mais mouiller les extrémités et les feutrer... Comme il vaut mieux feutrer sur un jean, je lui prête ma jambe.

Comme quoi, j'ai été pénible, mais j'ai été son véritable bras gauche pendant tout le cours :D

Bien sûr, ce récit est axé sur moi, mais les autres participantes ont pu bénéficier de l'aide d'Hélène quand elles en avaient besoin. J'ai mine de rien énormément appris, me suis bien amusée... mais oh la la, quel cours!
Merci encore une fois Hélène. Du fond du coeur.

Ne voulant pas rester sur une expérience aussi pitoyable, je me suis attelée ce week-end à refaire un cache-mug et tadaaaaaaaaaaaam,

1

entièrement réalisé à la main gauche, par moi, sans trop de difficultés.

2

Comme quoi, Hélène Magnusson est une très bonne prof et celà vaut vraiment le coup de prendre un cours avec elle!

4

 

Et je profite pour vous montrer le bouquin dont je vous parlais hier... Il y a une vraie thématique tricot-thé dans ma tête :)

Achat2

A bientôt pour la fin, promis, ça devrait être plus court!